Plus que jamais unis autour des quartiers montréalais

Projet Impact Collectif

Montréal, le 27 avril 2022 — Huit fondations philanthropiques, ainsi que la Coalition montréalaise des Tables de quartier (CMTQ), la Ville de Montréal et la Direction régionale de santé publique s’unissent à Centraide du Grand Montréal pour lancer la deuxième phase du Projet impact collectif (PIC). Cette nouvelle phase permettra d’étendre ce projet novateur pour réduire la pauvreté et l’exclusion sociale à l’ensemble des quartiers de l’île de Montréal. Le projet est rendu possible grâce à un soutien financier supplémentaire de 21,5 M$ sur cinq ans provenant de la Fondation Lucie et André Chagnon, la Fondation Marcelle et Jean Coutu, la Fondation du Grand Montréal, la Fondation McConnell, la Fondation Molson, la Fondation de la famille Pathy, la Fondation Peacock et la Fondation Mirella et Lino Saputo.

Cette deuxième phase du PIC permettra de poursuivre les efforts déjà en cours dans 17 quartiers et de déployer le projet dans 15 nouveaux quartiers. Les 32 quartiers montréalais sont invités à participer à cette initiative de transformation sociale à grande échelle qui réunit des partenaires des milieux communautaire, institutionnel et philanthropique.

Le Projet impact collectif mobilise les ressources pour lutter contre la pauvreté et l’exclusion sociale dans les différents territoires de l’île de Montréal selon les besoins déterminés par les communautés.

« L’approche du PIC a fait ses preuves pour créer un impact durable dans nos communautés. Elle rejoint ma conviction profonde de l’importance de pousser encore plus loin la collaboration. C’est avec enthousiasme que Centraide, grâce à l’engagement de ses partenaires, lance cette deuxième phase à titre d’opérateur du projet. Cette nouvelle étape représente une formidable occasion de donner un élan à la lutte contre la pauvreté dans nos quartiers, surtout dans un contexte post-pandémique qui a exacerbé les inégalités », précise Claude Pinard, président et directeur général de Centraide du Grand Montréal.

(Crédit photo: Jean-Marc Abela)

L’île de Montréal compte 400 000 personnes en situation de pauvreté. Un Québécois à faible revenu sur trois y réside. Un enfant montréalais sur quatre vit dans une famille confrontée à la pauvreté. L’inflation actuelle entraîne des conséquences directes sur un nombre important de Montréalais qui peinent déjà à subvenir à leurs besoins essentiels, comme se loger et se nourrir. « Face à la pauvreté, le PIC propose un changement d’approche. Ce sont les citoyens et les organismes communautaires dans les quartiers qui ont le leadership et qui identifient leurs priorités. Le but est de s’attaquer aux causes de la pauvreté, et non seulement à ses effets. C’est une petite révolution qui est en train de s’opérer à Montréal et plusieurs villes se disent inspirées par notre travail », souligne Rotem Ayalon, directrice adjointe du PIC.

Une des particularités du PIC est qu’il repose sur les instances de concertation existantes et ancrées dans les communautés que sont les tables de quartier. Il renforce la collaboration au sein des différents territoires montréalais afin d’améliorer les conditions de vie, comme l’accès au logement et à l’alimentation.

« Dans Ville-Émard/Côte-Saint-Paul, les organismes communautaires membres de la concertation et des citoyens ont décidé de prioriser l’autonomie alimentaire. En tant que chantier collectif, le PIC a ainsi permis de mobiliser les acteurs du milieu autour du déploiement d’un système alimentaire local », explique Assia Kada, coordonnatrice générale de Concertation Ville-Émard/Côte-St-Paul et membre du comité de partenaires du PIC.

Le grand nombre d’initiatives qui pourront être déployées à Montréal grâce à la deuxième phase du projet constituent un levier très prometteur pour élargir et approfondir les effets de l’action collective de lutte contre la pauvreté et de l’exclusion sociale à l’échelle régionale.

Le PDG de Centraide du Grand Montréal, Claude Pinard, en entrevue avec Global (crédit photo: Jean-Marc Abela)

Faits saillants du PIC :

À propos de Centraide du Grand Montréal
Centraide du Grand Montréal intervient sur le territoire de Laval, de Montréal et de la Rive-Sud. Il soutient annuellement, sur une base régulière, un réseau de 350 organismes et projets collectifs. Centraide reçoit l’appui d’entreprises, d’institutions privées, publiques et parapubliques et de grandes organisations syndicales. Les fonds recueillis sont investis localement pour briser le cycle de la pauvreté et de l’exclusion sociale.

À propos du Projet impact collectif (PIC)
Depuis 2015, Centraide du Grand Montréal coordonne le Projet impact collectif (PIC). Ce projet rassemble des partenaires institutionnels, communautaires et philanthropiques autour d’une vision commune de transformation du soutien aux actions collectives locales de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale. Partant des besoins des collectivités, les parties prenantes déterminent ensemble des changements visés dans chaque quartier. L’impact collectif est une approche de travail collaboratif et intersectoriel pour résoudre un enjeu social spécifique, qui a été systématisée en 2011 à partir de plusieurs expériences nord-américaines.

Renseignements pour les médias :
Exergue Communications
514 524-7348


Pour en savoir plus, consultez  des articles et des reportages obtenus par Exergue dans le cadre de ce lancement.