Apprendre la médiation pour prévenir l’intimidation à l’école

Montréal, le mardi 5 avril 2016 – À l’aube de son 40e anniversaire, l’Institut Pacifique a lancé une importante campagne avec comme porte-parole le comédien Pier-Luc Funk. L’objectif : recueillir 3,8 M $ d’ici 2020 afin de bâtir un avenir plus pacifique pour les jeunes et pour la société québécoise.

Contrer l’intimidation
« La lutte à l’intimidation est une cause qui me tient vraiment à cœur. Grâce à l’Institut Pacifique, près de 100 000 jeunes apprennent chaque année à régler leurs conflits de manière non violente et à prévenir l’intimidation. C’est un travail que je considère important et je trouve génial que les programmes soient enseignés non seulement dans les écoles et les garderies, mais aussi dans les cours d’école et dans les parcs ! », a expliqué Pier-Luc Funk.

 À l’avant-garde de la médiation
« Depuis 39 ans, l’Institut Pacifique effectue un travail de longue haleine, en initiant les jeunes à des manières pacifiques de régler leurs conflits. Le droit québécois évolue aussi en ce sens : depuis janvier, les parties doivent considérer les modes de prévention et de règlement des conflits avant de s’adresser aux tribunaux. Tous en conviennent : ces façons de faire sont bénéfiques pour toute la société », a souligné la directrice générale de l’Institut Pacifique, Shirlane Day. L’Institut Pacifique est également le seul organisme québécois à former annuellement près de 2 500 jeunes comme médiateurs dans leur milieu.

Près de 2 Québécois sur 3 reconnaissent que les conflits sont la principale source de stress dans leur vie personnelle et professionnelle.[1]
Lancement de la campagne de l'Institut Pacifique
De gauche à droite: M. Rémi Marcoux, fondateur et administrateur, TC, Transcontinental, Mme Carmelle Marcoux, famille Marcoux, M. Serge Riendeau, président, Agropur, Sara Men Ben Khelil, jeune médiatrice formée par l’Institut Pacifique, Mme Shirlane Day, directrice générale, Institut Pacifique, M. Jacques Deforges, directeur général, Chambre des notaires du Québec, Mme Marie-Claude Boisvert, chef de l’exploitation, Desjardins Entreprises, Capital régional et coopératif, Mouvement Desjardins, M. François-Pierre Le Scouarnec, président du C.A. de l’Institut Pacifique et président de PodiumTech (crédit photo: Guzzo Desforges)

Des besoins en évolution
« J’ai accepté avec enthousiasme de m’impliquer dans cette campagne parce que même si l’Institut Pacifique est bien établi, les besoins des jeunes sont grandissants. De nouveaux programmes doivent être développés pour rester en phase avec leur réalité. L’Institut Pacifique veut aussi proposer ses services dans toutes les régions du Québec, sans compter l’urgence pour l’organisme de rénover et d’agrandir sa bâtisse, qui accueille quotidiennement plus de 50 enfants, 30 employés et 30 stagiaires », a ajouté Serge Riendeau, président d’Agropur et coprésident de la campagne 2016-2020 de l’Institut Pacifique.

92 % des Québécois croient que la résolution de conflits permet d’éviter l’intimidation en empêchant une situation de dégénérer.[1]

Vers un monde plus harmonieux
« L’Institut Pacifique est l’auteur de programmes reconnus internationalement comme Vers le pacifique et Différents, mais pas indifférents. Il a même été prouvé que l’action de l’Institut Pacifique développe l’autonomie, le sens des responsabilités, ainsi qu’une meilleure estime de soi chez les jeunes. Je suis très fière de coprésider cette campagne et j’espère que plusieurs autres membres de la communauté d’affaires se joindront à nous pour bâtir un monde plus harmonieux », a conclu Marie-Claude Boisvert, chef de l’exploitation, Desjardins Entreprises Capital régional et coopératif, Mouvement Desjardins et coprésidente de la campagne majeure.

Reconnus par l’UNESCO, les programmes en résolution de conflits de l’Institut Pacifique sont implantés annuellement dans près de 500 écoles, majoritairement au Québec, mais également ailleurs au Canada, ainsi qu’en Belgique, en France, en Guadeloupe, aux États-Unis et en Suisse. L’Institut Pacifique a obtenu de nombreuses distinctions, dont la Médaille de la paix décernée par les YMCA du Québec (en 2002 et 2015) et le prix Agnes-C.-Higgins remis par Centraide du Grand Montréal pour l’innovation de ses programmes (2002). L’organisme a également été nommé « partenaire émérite de la lutte contre l’intimidation » par le gouvernement du Québec.

À propos de l’Institut Pacifique
L’Institut Pacifique est un organisme à but non lucratif qui développe, depuis 1976, des programmes et des services pour promouvoir des compétences en matière de résolution de conflits et de médiation auprès des jeunes du préscolaire, du primaire et du secondaire. Réputé pour la qualité et le sérieux de ses activités, il offre chaque année une formation sur la résolution pacifique des conflits à plus de 100 000 jeunes.

[1] Selon un sondage CROP qui s’est déroulé en ligne du 12 au 17 août 2015, réalisé pour le compte de l’Institut Pacifique.

***

 Source :
Institut Pacifique

Pour de plus amples renseignements :
Diane Jeannotte / Diep Truong
514 772-8019 / 514 524-7348
dianej@djcom.ca / diep@exergue.ca

 

Apprendre dès le primaire à résoudre ses conflits

L’Institut Pacifique a dévoilé le 4 mai 2015 le contenu de la nouvelle édition du programme Vers le pacifique qui vise à guider les jeunes dans la résolution de leurs conflits. Ce programme bonifié tient compte des réalités actuelles des élèves, dont la communication dans le cyberespace, et permet aux écoles de mieux prévenir la violence.

Le développement des habiletés sociales, dès le primaire
Quels comportements adopter en situation de conflit ? Comment s’affirmer de manière pacifique ? Comment les pairs nous influencent-ils ? Voilà quelques-uns des nouveaux thèmes abordés dans ce programme élaboré par une dizaine de professionnels en psychoéducation, criminologie, communication, pédagogie et en médiation de l’Institut Pacifique.

Un milieu de vie sain pour favoriser les apprentissages
« L’apprentissage des habiletés sociales est aussi important que toute autre notion académique, d’autant plus que des difficultés au niveau social peuvent avoir un impact sur la réussite académique et le décrochage scolaire, a souligné Mme  Shirlane Day, directrice générale de l’Institut Pacifique lors du lancement du nouveau programme à l’École St-Rémi, à Montréal-Nord. Depuis sa création en 1976, l’Institut Pacifique a formé plus d’un million de jeunes à la médiation et la résolution de conflits. Notre objectif est d’outiller le plus grand nombre de jeunes possible pour favoriser leur épanouissement et bâtir une société exempte de violence. »

« À l’École St-Rémi, les interventions du personnel en réaction à des comportements négatifs ont beaucoup diminué depuis l’implantation du programme Vers le pacifique. C’est avec beaucoup d’enthousiasme que nous accueillons la nouvelle mouture du programme qui sera encore plus pertinent et adapté à la réalité de nos jeunes », a soutenu Mme  Karina Mongrain, directrice de l’École St-Rémi.

La préadolescence, un bon âge pour renforcer les comportements prosociaux
Constitué d’ateliers animés par l’enseignant, Vers le pacifique propose un processus de résolution de conflits qui se décline en quatre étapes : 1. Se calmer; 2. Se parler des faits et de nos sentiments; 3. Chercher des solutions possibles; 4. Trouver et appliquer la solution choisie.

« La préadolescence est un bon moment pour faire ces apprentissages, car les jeunes de 10-12 ans sont capables d’interpréter et d’analyser des conflits, de s’autoévaluer et de concevoir des solutions », a expliqué Mme  Isabelle Boissé, directrice du développement des programmes et services de l’Institut Pacifique. La refonte du programme a nécessité trois ans de travail, incluant les phases de recherche, d’écriture et d’expérimentation dans 52 classes au Québec (Montréal, Saguenay et Beauce), ainsi qu’en Alberta (Edmonton et Calgary). En tout, 1 023 élèves et plus de 50 professionnels ont participé au processus !

Une démarche rigoureuse et efficace, reconnue par l’UNESCO
« La Loi visant à prévenir et à combattre l’intimidation et la violence à l’école exige que les institutions scolaires offrent un milieu d’apprentissage sain et sécuritaire afin que tout élève puisse y développer son plein potentiel, à l’abri de l’intimidation ou de la violence. Pour y parvenir, plusieurs écoles adoptent le programme Vers le pacifique qui génère d’importantes retombées à long terme, dont la diminution du nombre de conflits dans une école », a rappelé M. François Pierre Le Scouarnec, Ph.D., président du conseil d’administration de l’Institut Pacifique. Vers le pacifique comprend également un second volet, La médiation par les pairs au primaire, où des élèves agissent comme médiateurs auprès de leurs camarades de classe.

Créé en 1994, Vers le pacifique a fait l’objet de deux recherches longitudinales de l’Université de Montréal (de 1994 à 1997 et de 2001 à 2005). Ces études ont rapporté une augmentation significative des compétences sociales, des habiletés à résoudre les conflits, les comportements positifs, ainsi que les habiletés d’autocontrôle et de communication chez les jeunes. L’UNESCO a par ailleurs souligné la qualité de Vers le pacifique en l’intégrant dans son programme de haut patronage.

Les écoles peuvent se procurer le matériel pédagogique du programme Vers le pacifique : La résolution de conflits au primaire – 3e cycle sur le nouveau site transactionnel de l’Institut Pacifique au www.institutpacifique.com. L’ensemble complet d’animation inclut du matériel numérique, des vidéos, des enregistrements audio et du matériel reproductible téléchargeable. L’Institut Pacifique offre aussi, sur demande, des présentations de son programme et de la formation au personnel des écoles.

L’Institut Pacifique remercie le ministère de l’Éducation, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, la Chambre des notaires du Québec et la Caisse Desjardins de Sault-au-Récollet-Montréal-Nord pour leur contribution financière à la réalisation de ce programme. L’organisme tient aussi à souligner l’apport financier de la Table de concertation jeunesse de Verdun et le Regroupement écoles et milieux en santé de Montréal-Nord, qui ont rendu possible l’expérimentation des ateliers de ce programme.

À propos de l’Institut Pacifique
L’Institut Pacifique est un organisme à but non lucratif qui existe depuis 1976. Il développe, met en œuvre et fait la promotion du savoir-faire en matière de résolution de conflits et de prévention des problèmes psychosociaux auprès des enfants, des jeunes et des adultes. Sa mission consiste à contrer la violence par la promotion de conduites pacifiques.

Les programmes en résolution de conflits de l’Institut Pacifique sont implantés annuellement dans près de 500 écoles, majoritairement au Québec, mais aussi ailleurs au Canada, ainsi qu’en Belgique, en Bolivie, en France, en Guadeloupe, au Liban et au Pérou. L’Institut Pacifique a obtenu de nombreuses distinctions, dont la Médaille de la paix décernée par les YMCA du Québec et le prix Agnes-C.-Higgins remis par Centraide du Grand Montréal pour l’innovation de ses programmes.

Source :
Institut Pacifique

Pour de plus amples renseignements :
Diane Jeannotte / Diep Truong
514 772-8019 / 514 524-7348

À lire:
Faire la promotion du savoir-vivre à l’école (publié dans le journal Le Soleil)
Article paru dans École branchée

 

Prévenir les conflits interculturels dans les écoles

C’est en présence de la ministre de l’Immigration et des Communautés culturelles et ministre responsable de la Charte de la langue française, Mme Diane De Courcy, que l’Institut Pacifique a lancé le 15 novembre dernier un programme audacieux et unique visant à prévenir la discrimination et les conflits interculturels dans les écoles. Intitulé Ma culture dans le resPAIX, ce nouveau programme permettra aux jeunes Québécois de développer leurs habiletés sociales dans un contexte de diversité culturelle.

De nouvelles habiletés à développer
«L’école est l’un des milieux les plus touchés par la réalité interculturelle. Pour plusieurs enfants et intervenants scolaires, elle est aussi le lieu des premiers contacts avec les différences. Cette réalité interculturelle demande des adaptations constantes et pour intervenir de façon pacifique, il faut être formé à de nouvelles habiletés», a expliqué Mme Shirlane Day, directrice générale de l’Institut Pacifique.

Lancement de Ma culture dans le resPAIX avec M. François-Pierre Le Scouarnec (président de l'Institut Pacifique), Cédric, Imen et Shirlane Day (directrice générale de l'Institut Pacifique)

Vers une démarche de respect mutuel
Constitué de quatre ateliers, Ma culture dans le resPAIX amène les élèves à réfléchir sur leur identité, leurs valeurs et à prendre conscience de leurs préjugés afin d’entamer une réelle démarche de connaissance de l’autre et de respect mutuel. «Le programme fait aussi vivre aux jeunes une leçon de discrimination, en plus de mettre de l’avant les témoignages de neuf personnages d’origines diverses (Nour, Thomas, Idriss, Saadia, Patel, Aimée, Simon, Daphnée et Jonathan) qui partagent leurs vécus», a souligné Mme Isabelle Boissé, directrice développement des programmes et services à l’Institut Pacifique.

«Je suis très enthousiaste à l’idée que les élèves du Québec pourront, grâce à ce programme unique, mieux prendre conscience des enjeux liés à la vie dans une société pluraliste et apprendre à établir des relations interculturelles harmonieuses», a affirmé la ministre Diane De Courcy.

Ce projet a nécessité 18 mois de développement, incluant les phases de recherche, d’écriture et d’expérimentation dans 12 écoles rejoignant 761 élèves. Selon un élève de 5e année qui a suivi la démarche proposée, «c’est un programme qui nous fait penser que la vie est plus belle quand tout le monde est différent.»

«Ma culture dans le resPAIX est un outil complémentaire aux programmes Vers le pacifique et Différents, mais pas indifférents de l’Institut Pacifique qui amènent les jeunes à résoudre les conflits autrement que par la violence», a conclu M. François Pierre Le Scouarnec, Ph.D., président du conseil d’administration de l’Institut Pacifique.

Quelques chiffres

  • Selon l’Organisation internationale des migrations, le nombre de personnes vivant ailleurs que dans leur pays natal a plus que doublé dans le monde au cours des 35 dernières années.
  • Le Québec accueille en moyenne 45 000 immigrants, originaires d’une centaine de pays.
  • À Montréal, 27,5% des élèves fréquentant le secteur jeune de la Commission scolaire de Montréal sont nés à l’extérieur du Québec, proviennent de 169 pays et parlent 183 langues différentes.

    Pour en savoir plus
    Ma culture dans le resPAIX est un programme conçu pour les élèves de 5e et 6e année, où qu’ils soient au Québec. Les écoles qui souhaitent se procurer le Guide d’animation peuvent le faire en communiquant avec l’Institut Pacifique à l’adresse info@institutpacifique.com ou au 514 598-1522.

    À propos de l’Institut Pacifique
    L’Institut Pacifique est un organisme à but non lucratif qui existe depuis 1976. Il développe, met en œuvre et fait la promotion du savoir-faire en matière de résolution de conflits et de prévention des problèmes psychosociaux auprès des enfants, des jeunes et des adultes. Sa mission consiste à contrer la violence par la promotion de conduites pacifiques.

    Les programmes en résolution de conflits de l’Institut Pacifique sont implantés annuellement dans près de 500 écoles, majoritairement au Québec, mais aussi ailleurs au Canada, ainsi qu’en France, en Belgique, au Liban, en Bolivie, en Suisse et aux États-Unis. L’UNESCO a par ailleurs souligné la qualité du programme en l’intégrant dans son programme de haut patronage.

    Visionner le reportage du journaliste Louis-Philippe Ouimet à Radio-Canada

    Renseignements (pour les médias): Exergue Communications