Transformer des déchets en énergie… verte!

Le 13 mars 2015, Vision Enviro Progressive (anciennement BFI Canada) inaugurait à Terrebonne la plus grande usine de transformation de biogaz en biométhane au Canada, soit l’un des plus importants projets de ce genre en Amérique du Nord. Cette usine permet de convertir le biogaz en biométhane et de l’injecter dans un réseau gazier qui se trouve à proximité du lieu d’enfouissement.

L’usine est conçue pour épurer environ 10 000 pieds cubes de biogaz à la minute. Le biométhane qu’elle produit pourra alimenter l’équivalent de 1 500 camions lourds circulant sur la route pendant vingt ans. En outre, la nouvelle usine devrait atteindre un niveau d’évitement des émissions de gaz à effet de serre de l’ordre de 1,2 million de tonnes de dioxyde de carbone (CO2) sur une période de dix ans. Les organismes de réglementation d’Amérique du Nord considèrent le biogaz comme une source d’énergie renouvelable.

VisionEnviroProgressive_photos_dignitaires2
De gauche à droite: Marc Fox et Dan Pio de Progressive Waste Solutions, le ministre David Heurtel, le maire de Terrebonne Jean-Marc Robitaille, le ministre Pierre Arcand et Yves Normandin de Vision Enviro Progressive

Réduction de la dépendance aux combustibles fossiles
« Nous sommes particulièrement fiers d’inaugurer cette usine de gaz naturel renouvelable, car elle permet de transformer le biogaz en biométhane et d’offrir ainsi une solution de remplacement aux combustibles fossiles, a souligné M. Dan Pio, vice-président exécutif, Stratégie et développement des affaires de Progressive Waste Solutions Ltd. Nos investissements dans cette usine, conjugués aux fonds alloués pour convertir au gaz naturel comprimé notre parc de camions fonctionnant au diesel, donnent suite à notre engagement visant la viabilité de l’environnement et la réduction de notre empreinte de carbone. »

« L’annonce d’aujourd’hui est un remarquable exemple d’innovation énergétique dont la portée sera très importante pour le Québec. Plutôt que de détruire le biogaz, il sera transformé en une énergie verte et renouvelable qui pourra remplacer l’équivalent de 350 000 barils de pétrole par année. Je félicite l’entreprise d’avoir relevé un défi technologique aussi important, et ce, tout en respectant les normes les plus strictes en Amérique du Nord en matière d’injection de gaz naturel dans un réseau gazier », a affirmé le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles, ministre responsable du Plan Nord et ministre responsable de la région de Lanaudière, M. Pierre Arcand.

« En plus de favoriser la relance de notre économie, l’innovation et le savoir-faire technologique constituent de solides alliés pour trouver des solutions aux défis environnementaux que nous vivons, tout particulièrement dans le contexte des changements climatiques. Nous encourageons Vision Enviro Progressive à poursuivre son travail et à contribuer à notre transition vers une société plus verte. Ensemble, continuons à innover afin d’assurer une qualité de vie à nos enfants », a ajouté M. David Heurtel, ministre québécois du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques.

La conception et la construction de l’usine ont coûté quelque 44 millions de dollars canadiens et ont permis de créer une centaine d’emplois dans ces deux domaines ainsi que cinq autres dans celui de l’exploitation. « La contribution de Vision Enviro Progressive à l’économie de la région est indéniable. La construction de cette usine, qui n’a pas été sans défi puisqu’elle a eu lieu en plein hiver, a permis de faire appel à l’expertise locale et aux entreprises d’ici, ce que je tiens à souligner », a quant à lui déclaré M. Jean-Marc Robitaille, maire de Terrebonne et préfet de la MRC Les Moulins.

De BFI Canada à Vision Enviro Progressive
Lors de l’inauguration de l’usine, la société a également dévoilé le nouveau nom commercial de BFI Canada au Québec, à savoir Vision Enviro Progressive. Par ailleurs, le complexe, connu sous le nom de BFI Usine de triage Lachenaie, se nomme désormais Complexe Enviro Progressive. « De la même façon que nous transformons le biogaz en énergie verte, notre entreprise change et évolue. L’inauguration de cette nouvelle installation de pointe est un moment particulièrement opportun pour divulguer notre nouvelle identité commerciale, laquelle illustre notre engagement à appliquer des solutions de gestion des matières résiduelles qui sont novatrices, écologiquement responsables et durables », a souligné M. Yves Normandin, vice-président de la filiale de Progressive Waste Solutions au Québec. Ces deux changements de nom entreront en vigueur le 1er avril prochain.

Un engagement visant à réduire les émissions de carbone
Progressive Waste Solutions exploite également le plus grand parc de camions fonctionnant au gaz naturel comprimé dans l’industrie canadienne de la collecte des matières résiduelles et recyclables. À l’heure actuelle, au Canada, l’entreprise compte plus de 200 camions alimentés à ce gaz, et dans le cadre du remplacement normal de son parc au Canada et aux États-Unis, elle est en voie de compter 55 % du nombre total de camions fonctionnant au gaz naturel comprimé parmi ceux qu’elle remplace chaque année.

Le Complexe Enviro Progressive continue aussi d’exploiter la toute première centrale électrique du Québec alimentée au biogaz. Inaugurée en 1996, elle produit de l’électricité pour alimenter l’équivalent de 2 500 résidences chaque année. Cette innovation lui a d’ailleurs valu le prix Énergia 1997 dans la catégorie Environnement.