Philippe II de Gaspé Beaubien, «maire d’Expo 67»

Montréal, le 25 avril 2017 – Montréal célèbre aujourd’hui les 50 ans d’Expo 67, la plus grande exposition universelle de tous les temps. Attirant près de 55 millions de visiteurs, cette formidable aventure a marqué le Canada tout entier, affirmant le savoir-faire, le dynamisme et l’esprit créateur des Québécois.

Célébrer la mémoire d’Expo 67
Ce 50e anniversaire est l’occasion de se souvenir de ce que l’Expo 67 a offert au Québec comme perspectives d’avenir et d’ouverture sur le monde. Le clou des festivités aura lieu lors de la Grande célébration du 50e anniversaire d’Expo 67 et la projection en grande première du film Expo 67 Mission impossible à la Place des Arts de Montréal, le 25 avril. Nan-b et Philippe II de Gaspé Beaubien participeront à ces célébrations.

Organisé par Les Productions de la ruelle et la Société des fêtes du 375e, cet événement permettra de célébrer et de (re)vivre l’expérience d’Expo 67 afin d’inspirer la nouvelle génération. Quant au film, il propose un regard neuf sur l’histoire d’Expo 67 à partir de témoignages et d’un lot colossal d’archives inédites. Il raconte entre autres le rôle de premier plan joué par M. et Mme de Gaspé Beaubien, parmi tous ces hommes et ces femmes qui ont fait Expo 67. « Avec de la passion et de l’engagement, on peut réaliser des choses extraordinaires, mais il faut croire en ses talents et oser sortir de sa zone de confort », explique M. de Gaspé Beaubien.

Alors dans la trentaine, Philippe II de Gaspé Beaubien était le directeur de l’exploitation d’Expo 67. On le surnommait « le maire d’Expo ». Surmontant embûche après embûche, parfois technique, parfois politique, l’équipe d’Expo 67 a entrepris de faire surgir une île au milieu du fleuve, l’île Notre-Dame, de construire un métro, un réseau routier, 27 ponts, 847 bâtiments… tout cela en moins de trois ans et demi !

L’équipe derrière Expo 67. Monsieur de Gaspé Beaubien est le deuxième à partir de la droite.

« Expo 67 a changé les mentalités et modifié la perception que les Québécois avaient d’eux-mêmes. L’événement a donné beaucoup de confiance aux Québécois. Nous avons compris que nous pouvions accomplir de grandes choses », souligne M. de Gaspé Beaubien.

Présentée sous le thème de « Terre des hommes », Expo 67 a été l’occasion de véhiculer un message d’ouverture et d’inclusion. « C’est l’un des événements les plus rassembleurs que le Québec ait connu », affirme M. de Gaspé Beaubien.

Un des plus jeunes membres du comité d’organisation, M. de Gaspé Beaubien a réussi à instiller une ambiance, une atmosphère et une identité à l’Expo 67. Cet événement a marqué le point de départ d’un engagement pour la communauté sans cesse renouvelé depuis, notamment avec la création de la Fondation de Gaspé Beaubien.

D’ailleurs, la fondation familiale s’est lancée dans une autre mission impossible, celle de préserver le bassin des Grands Lacs et du Saint-Laurent. Cette mission s’articule autour du grand mouvement AquaHacking qui mobilise les communautés technologiques, les décideurs, les scientifiques et les citoyens afin qu’ils unissent leurs forces et développent des solutions innovantes aux enjeux de l’eau. L’édition 2017 d’AquaHacking sera dédiée au Lac Érié à Waterloo, l’édition 2018 au Lac Ontario à Toronto et l’édition 2019 à l’ensemble des Grands Lacs et du fleuve Saint-Laurent (collaboration binationale avec les États-Unis).

À propos de la Fondation de Gaspé Beaubien
La Fondation de Gaspé Beaubien est une fondation familiale multigénérationnelle engagée à outiller les gens, les familles en affaires et les organisations pour en faire des agents de changement positif et durable dans leur communauté. La Fondation concentre ses efforts et ses ressources pour soutenir les initiatives qui correspondent à trois piliers qui incarnent ses valeurs : l’éducation, l’esprit d’entreprise et l’environnement.

À propos d’AquaHacking
AquaHacking est un mouvement multigénérationnel, multisectoriel et multipartite qui vise la préservation du bassin des Grands Lacs et du Saint-Laurent, et favorise la qualité et la consommation responsable de ses eaux. Nous avons pour vision que les communautés nord-américaines bénéficient d’un accès durable à l’eau potable et traitent cette dernière comme une ressource indispensable.

Nous rassemblons les communautés et les organisations de tous les secteurs.

Nous promouvons l’innovation de technologies propres émergentes et l’entrepreneuriat dans le domaine de l’eau.

Nous sensibilisons les décideurs d’aujourd’hui ainsi que les leaders de demain aux enjeux de l’eau, les mobilisons et favorisons leur engagement dans la résolution de ces enjeux.

Source :
Fondation de Gaspé Beaubien

Renseignements (pour les médias) :
Exergue Communications
514 524-7348

Losque Oasis et Volcans s’entrechoquent…

Jusqu’au 9 novembre prochain, la Galerie Youn fera coexister les univers de Keita Morimoto et Patrick DeCoste dans le cadre des expositions Oasis et Volcans de Montréal. Il s’agit d’une première exposition solo à Montréal pour ces deux artistes singuliers, tous deux formés à l’École d’art et de design de l’Ontario (OCAD).

Fuir la réalité

"Oasis 5" de Keita Morimoto
« Oasis 5 » de Keita Morimoto

Créateur d’univers « sensuels » selon la bible de l’art contemporain et underground, le magazine Juxtapoz, Keita Morimoto a récemment exposé au Musée d’art contemporain canadien. Avec la série Oasis, il propose une lente méditation sur le thème de la fuite et de l’imaginaire. Ses personnages déambulent dans un espace sauvage et sombre sous une lumière qui rappelle l’éclairage d’un projecteur. «Ces figures nues sont surprises, la nuit, comme un cerf dans le faisceau des phares d’une voiture. Cette image fait allusion à nos propres moments de fantaisie et d’évasion de la réalité et ce que nous ressentons quand ces moments sont ébranlés», explique l’artiste qui est né et a grandi à Osaka, au Japon.

Un mont Royal explosif

"Archer" de Patrick DeCoste
« Archer » de Patrick DeCoste

Qualifié de « jeune vieux maître » (young old master) par The Globe and Mail, le peintre Patrick DeCoste s’intéresse quant à lui aux premiers contacts entre les Premières Nations et les Européens. On croit souvent que le mont Royal est un volcan dormant formé il y a des millions d’années lorsque de la lave en fusion aurait tenté de faire irruption sur l’île de Montréal. Dans la série Volcans de Montréal, l’artiste imagine l’éveil de ce volcan mythique pour révéler les siècles d’activité humaine sur l’île, de l’époque de la visite de Jacques Cartier au village iroquois d’Hochelaga dans les années 1500 à des événements plus récents, comme l’incendie du pavillon américain d’Expo 67.

«Je représente le paysage et l’architecture montréalais de façons nouvelles et explosives. Mon examen du colonialisme contemporain et historique vise à favoriser le dialogue entre les communautés indigènes et non indigènes du Canada», souligne Patrick DeCoste, lui-même métis de la Nouvelle-Écosse.

À propos des artistes
Keita Morimoto a poursuivi ses études à l’Université de l’École d’art et de design de l’Ontario. Ses œuvres ont fait partie de plusieurs expositions collectives aux environs de Toronto, Tokyo, San Francisco et Los Angeles. Morimoto a récemment exposé ses œuvres au Musée d’art contemporain canadien. Il a pris part à des ventes d’art aux enchères afin de recueillir des fonds pour l’aide humanitaire au Japon après le tremblement de terre et le tsunami de 2011, ainsi qu’à la collection Art with Heart au bénéfice de la Maison Casey.

Patrick DeCoste a obtenu une maîtrise en beaux-arts à l’Université de l’École d’art et de design de l’Ontario, où sa thèse et son exposition, axées sur son héritage de métis de la Nouvelle-Écosse, lui ont valu le prix pour des réalisations exceptionnelles en études supérieures. Il a pris part à de nombreuses expositions à Toronto et ailleurs, a reçu plusieurs prix et subventions, y compris une bourse Chalmers de recherche artistique, et ses œuvres ont été recensées par de nombreuses publications à travers le Canada.

Lorsqu'Oasis et Volcans s'entrechoquent... oeuvres de Morimoto et DeCoste

Expositions Oasis de Keita Morimoto et Volcans de Montréal de Patrick DeCoste
Du 9 octobre au 9 novembre 2014
À la Galerie Youn, 5226, boulevard Saint-Laurent, Montréal, 514 270-8588
Heures d’ouverture : le jeudi et vendredi, de 13 h à 17 h, le samedi de midi à 18 h et le dimanche, de 13 h à 17 h

La Galerie Youn
Située au cœur du quartier Mile-End à Montréal depuis mai 2013, la Galerie Youn crée des ponts entre des talents locaux, nationaux et internationaux en art contemporain. Elle a été fondée par l’artiste d’origine sud-coréenne Juno Youn, qui a également fondé et dirigé la SPIN Gallery à Toronto. La Galerie Youn représente une vingtaine d’artistes et participe aux plus importantes foires d’art et expositions à l’échelle internationale.

*

Renseignements (pour les médias) :
Exergue Communications
514 524-7348
info@exergue.ca

À lire également:
Patrick DeCoste et Keita Morimoto: deux natures, une même quête, un article d’Éric Clément dans La Presse.