Les cabanes à sucre de retour avec Ma cabane à la maison

Montréal, le 16 février 2022 – L’initiative Ma cabane à la maison est de retour : à partir d’aujourd’hui, près de 50 érablières participantes offrent des boîtes gourmandes. L’an dernier, le soutien des Québécois a permis d’assurer la survie des cabanes à sucre, mais celles-ci demeurent dans une situation précaire.

« C’est un projet qui a été une bouée de sauvetage pour nous, témoigne Manon Shallow, copropriétaire du Domaine du Sucrier. On a connu un beau succès et ça nous a permis de garder nos employés. » L’érablière de Saint-Boniface en Mauricie participe de nouveau à l’initiative, cette année.

De son côté, l’Érablière du Village est une nouvelle recrue : « Nous avons regretté de ne pas avoir participé, l’an dernier. C’est une occasion unique et pour nous, pas question de manquer le bateau en 2022 ! », explique Maximilien Leblanc-Bolâtre de l’érablière située à Compton, en Estrie.

En 2021, plus de 110 000 boîtes-repas ont été vendues, ce qui a généré des retombées économiques de 11,5 millions de dollars dans les régions du Québec.

Les sucres, autrement
« La pandémie a créé beaucoup d’incertitudes pour les cabanes à sucre, rappelle Stéphanie Laurin, présidente de l’Association des salles de réception et érablières du Québec et co-instigatrice du projet. Avec Ma cabane à la maison, on sait que quoi qu’il arrive, on peut faire des boîtes-repas. Ça nous donne plus de prévisibilité. Et même si nos salles peuvent désormais rouvrir au public, ça demeure une option intéressante pour allonger la période des sucres. » Certaines érablières ont même adapté leurs lieux en agrandissant leur cuisine ou leur espace d’entreposage pour faire des boîtes-repas à l’année.

« Nous avons modernisé la façon de consommer les repas de cabane à sucre. Les clients ont maintenant le choix ; ils peuvent manger à la cabane à sucre et aussi, commander à la maison de temps à autre. L’un n’empêche pas l’autre », ajoute Sylvain Arsenault, président de l’agence de communication marketing Prospek et co-instigateur du projet.

« Le Québec est l’un des rares endroits au monde où on retrouve des cabanes à sucre. Ça fait partie de notre culture et il est important de préserver cette richesse. Pour une deuxième année consécutive, les épiciers Metro de partout à travers la province sont heureux de soutenir les érablières d’ici à titre de points de cueillette des boîtes-repas de Ma cabane à la maison », affirme Richard Pruneau, vice-président principal, bannière Metro.

Les grandes tablées, aussi de la partie
À compter du 23 février, le jambon et la tarte au sucre s’inviteront aussi au bureau. En effet, grâce à un module corporatif développé spécialement pour les entreprises, il sera désormais possible de commander pour des grands groupes dans le cadre d’événements corporatifs, par exemple, qu’ils soient virtuels ou en présentiel.

Ma cabane à la maison est une initiative rendue possible grâce à la participation et au soutien de Metro, Le Panier Bleu, Tuango, Lafleur, la Fédération des producteurs d’œufs du Québec, UEAT, QuatreCentQuatre, TC Transcontinental Publisac, Tourisme Montérégie et SOMA.

Ma cabane à la maison en bref

  • L’initiative existe depuis février 2021.
  • Ma cabane à la maison propose des boîtes-repas, à partir de 30 $ par personne.
  • Chaque cabane à sucre met de l’avant son menu, composé de ses recettes originales.
  • Tous les achats de boîtes gourmandes se font directement sur les boutiques en ligne des cabanes à sucre, accessibles via la plateforme commune macabanealamaison.com.
  • Les cabanes à sucre participantes utilisent la marque de commerce Ma cabane à la maison gratuitement et encaissent 100 % des revenus.
  • Les boîtes-repas commandées peuvent être récupérées à la cabane à sucre ou chez Metro. Certaines érablières livrent aussi à domicile.

Pour en savoir plus : macabanealamaison.com

Sur Facebook

Sur Instagram

– 30 –

Source :
Association des salles de réception et érablières du Québec

Renseignements et demandes d’entrevues :
Diane Jeannotte / Diep Truong
dianej@djcom.ca / diep@exergue.ca

Philippe II de Gaspé Beaubien, «maire d’Expo 67»

Montréal, le 25 avril 2017 – Montréal célèbre aujourd’hui les 50 ans d’Expo 67, la plus grande exposition universelle de tous les temps. Attirant près de 55 millions de visiteurs, cette formidable aventure a marqué le Canada tout entier, affirmant le savoir-faire, le dynamisme et l’esprit créateur des Québécois.

Célébrer la mémoire d’Expo 67
Ce 50e anniversaire est l’occasion de se souvenir de ce que l’Expo 67 a offert au Québec comme perspectives d’avenir et d’ouverture sur le monde. Le clou des festivités aura lieu lors de la Grande célébration du 50e anniversaire d’Expo 67 et la projection en grande première du film Expo 67 Mission impossible à la Place des Arts de Montréal, le 25 avril. Nan-b et Philippe II de Gaspé Beaubien participeront à ces célébrations.

Organisé par Les Productions de la ruelle et la Société des fêtes du 375e, cet événement permettra de célébrer et de (re)vivre l’expérience d’Expo 67 afin d’inspirer la nouvelle génération. Quant au film, il propose un regard neuf sur l’histoire d’Expo 67 à partir de témoignages et d’un lot colossal d’archives inédites. Il raconte entre autres le rôle de premier plan joué par M. et Mme de Gaspé Beaubien, parmi tous ces hommes et ces femmes qui ont fait Expo 67. « Avec de la passion et de l’engagement, on peut réaliser des choses extraordinaires, mais il faut croire en ses talents et oser sortir de sa zone de confort », explique M. de Gaspé Beaubien.

Alors dans la trentaine, Philippe II de Gaspé Beaubien était le directeur de l’exploitation d’Expo 67. On le surnommait « le maire d’Expo ». Surmontant embûche après embûche, parfois technique, parfois politique, l’équipe d’Expo 67 a entrepris de faire surgir une île au milieu du fleuve, l’île Notre-Dame, de construire un métro, un réseau routier, 27 ponts, 847 bâtiments… tout cela en moins de trois ans et demi !

L’équipe derrière Expo 67. Monsieur de Gaspé Beaubien est le deuxième à partir de la droite.

« Expo 67 a changé les mentalités et modifié la perception que les Québécois avaient d’eux-mêmes. L’événement a donné beaucoup de confiance aux Québécois. Nous avons compris que nous pouvions accomplir de grandes choses », souligne M. de Gaspé Beaubien.

Présentée sous le thème de « Terre des hommes », Expo 67 a été l’occasion de véhiculer un message d’ouverture et d’inclusion. « C’est l’un des événements les plus rassembleurs que le Québec ait connu », affirme M. de Gaspé Beaubien.

Un des plus jeunes membres du comité d’organisation, M. de Gaspé Beaubien a réussi à instiller une ambiance, une atmosphère et une identité à l’Expo 67. Cet événement a marqué le point de départ d’un engagement pour la communauté sans cesse renouvelé depuis, notamment avec la création de la Fondation de Gaspé Beaubien.

D’ailleurs, la fondation familiale s’est lancée dans une autre mission impossible, celle de préserver le bassin des Grands Lacs et du Saint-Laurent. Cette mission s’articule autour du grand mouvement AquaHacking qui mobilise les communautés technologiques, les décideurs, les scientifiques et les citoyens afin qu’ils unissent leurs forces et développent des solutions innovantes aux enjeux de l’eau. L’édition 2017 d’AquaHacking sera dédiée au Lac Érié à Waterloo, l’édition 2018 au Lac Ontario à Toronto et l’édition 2019 à l’ensemble des Grands Lacs et du fleuve Saint-Laurent (collaboration binationale avec les États-Unis).

À propos de la Fondation de Gaspé Beaubien
La Fondation de Gaspé Beaubien est une fondation familiale multigénérationnelle engagée à outiller les gens, les familles en affaires et les organisations pour en faire des agents de changement positif et durable dans leur communauté. La Fondation concentre ses efforts et ses ressources pour soutenir les initiatives qui correspondent à trois piliers qui incarnent ses valeurs : l’éducation, l’esprit d’entreprise et l’environnement.

À propos d’AquaHacking
AquaHacking est un mouvement multigénérationnel, multisectoriel et multipartite qui vise la préservation du bassin des Grands Lacs et du Saint-Laurent, et favorise la qualité et la consommation responsable de ses eaux. Nous avons pour vision que les communautés nord-américaines bénéficient d’un accès durable à l’eau potable et traitent cette dernière comme une ressource indispensable.

Nous rassemblons les communautés et les organisations de tous les secteurs.

Nous promouvons l’innovation de technologies propres émergentes et l’entrepreneuriat dans le domaine de l’eau.

Nous sensibilisons les décideurs d’aujourd’hui ainsi que les leaders de demain aux enjeux de l’eau, les mobilisons et favorisons leur engagement dans la résolution de ces enjeux.

Source :
Fondation de Gaspé Beaubien

Renseignements (pour les médias) :
Exergue Communications
514 524-7348