Journée de l’environnement: Comment mieux préserver la biodiversité?

À l’occasion de la Journée mondiale de l’environnement, Espace pour la vie et le Secrétariat de la Convention sur la diversité biologique (SCDB) de l’ONU ont organisé le 5 juin dernier une rencontre virtuelle pour imaginer l’avenir de notre planète et réfléchir à la cohabitation entre les espèces dont l’humain fait partie.

Par cet événement, Espace pour la vie renforce son engagement en faveur de la protection de la diversité, poursuit sa mission hors de ses murs dans le but ultime d’inciter les gens à l’action et souhaite jouer un rôle actif encore plus grand dans les projets environnementaux de la société.

Pour ce rendez-vous virtuel unique intitulé Activer le potentiel humain en faveur de la biodiversité, le SCDB et Espace pour la vie ont eu le privilège de réunir, sur un même panel,  quatre scientifiques engagé.e.s de renom: Anne-Sophie Gousse-Lessard, chercheuse en psychologie sociale et environnementale; l’auteur humaniste Matthieu Ricard, Stanley T. Asah, chercheur en psychologie de la conservation, et la militante en environnement Vandana Shiva.

De gauche à droite – Première rangée: Julie Bourbonnais (animatrice), Anne-Sophie Gousse-Lessard et Vandana Shiva / Deuxième rangée: Stanley T. Asah et Matthieu Ricard

Pour réécouter les propos inspirants des conférenciers et conférencières du panel, cliquez ici.

Une réflexion pertinente et essentielle sur le « vivre ensemble »
Cet événement voulait marquer un temps d’arrêt, dans le contexte actuel, afin d’explorer les façons d’éveiller chez l’humain son potentiel  à préserver la biodiversité et à se rapprocher de la nature afin de mieux orienter nos actions collectives futures. Des acteurs de tous les milieux (scientifiques, artistes, éducateurs.rices, citoyen.ne.s, militant.e.s et Autochtones) et de partout dans le monde ont réfléchi ensemble sur le thème de l’environnement.

Un projet du Laboratoire des possibles d’Espace pour la vie
Activer le potentiel humain en faveur de la biodiversité est un projet du Laboratoire des possibles, un espace de connexion et d’échange en innovation ouverte créé par Espace pour la vie en 2020 et réunissant des acteur.rice.s de tous les horizons pour résoudre des enjeux reliés à la biodiversité, au développement durable et aux changements climatiques. Le Laboratoire des possibles  aura un pouvoir d’accélération sur le développement de projets innovants visant à agir favorablement pour la planète de concert avec des citoyen.ne.s, des expert.e.s, des employé.e.s, des organismes et des organisations, en les invitant à passer à l’action.


Exergue avait le mandat de relations médias pour cet événement. Plusieurs entrevues ont été réalisées avec les porte-parole de l’événement. Voici quelques-unes des retombées obtenues:

Agropur augmente son chiffre d’affaires dans un contexte de marchés difficiles

Le 12 février 2020, Agropur a tenu sa 81assemblée générale annuelle avec ses membres pour présenter les faits saillants de la dernière année financière. La Coopérative, qui se classe parmi les 20 plus importants joueurs mondiaux de l’industrie laitière, a poursuivi sa croissance en 2019 atteignant un chiffre d’affaires de 7,3 milliards de dollars, en hausse de 10,2 %[1] comparativement à l’exercice précédent. Le BAIIA[2] consolidé se situe à 365,4 millions de dollars, une hausse de 3,3 %[3]. Quant à l’excédent net, celui-ci a subi une baisse pour se situer à 40,2 millions de dollars, une diminution de 27,5 millions de dollars. La ristourne déclarée aux membres est de l’ordre de 30,0 millions de dollars.

Usine d'Agropur à Lake Norden
L’usine d’Agropur à Lake Norden, aux États-Unis

Agropur a globalement observé une croissance. Aux États-Unis, Agropur a amélioré sa rentabilité en 2019 grâce, entre autres, à la hausse de ses volumes de vente et l’amélioration des conditions de marché. Le redressement des prix du fromage ainsi que la mise en service de sa nouvelle usine de Lake Norden, dans le Dakota du Sud, ont contribué à ces résultats. Au Canada, l’environnement très compétitif et les importations additionnelles de fromage dans le cadre de l’accord Canada-Europe et du Partenariat transpacifique affectent directement la Coopérative. « Le gouvernement doit annoncer des mesures de compensation et travailler avec les transformateurs comme Agropur qui subissent les impacts de ces accords de commerce internationaux. La ratification de l’Accord Canada–États-Unis–Mexique (ACEUM) aura un impact encore plus considérable. En plus des nouveaux quotas à l’importation, l’accord prévoit des limites à l’exportation. Les nouvelles réalités de marché nous contraignent à revoir nos façons de faire », a déclaré le président d’Agropur, M. Roger Massicotte.

Réaliser le plein potentiel
Au cours de la dernière décennie, Agropur a globalement intégré, par acquisitions et par fusion, 14 entreprises qui ont ajouté près de 3 milliards de dollars à nos ventes. Au Canada, l’entreprise a ainsi pu étendre son empreinte à la totalité du territoire, lui permettant d’offrir la plus vaste gamme de produits au pays et de devenir un joueur incontournable en Amérique du Nord. Cette croissance accélérée, tout en amenant son lot de défis, offre de nombreuses opportunités à saisir. C’est pourquoi le nouveau chef de la direction, Émile Cordeau, a mis en place un plan de développement pour l’exercice 2020 : « Notre objectif sera d’optimiser notre réseau manufacturier et de distribution et de maximiser notre gamme de produits afin de générer des gains d’efficacité. Cela nous permettra de réinvestir dans le développement futur de l’entreprise et de réaliser le plein potentiel d’Agropur », a expliqué M. Cordeau.

Des marques performantes au Canada
Mochis d'AgropurPour soutenir sa croissance, Agropur peut miser sur des marques fortes. En 2019, Natrel a conservé son statut de marque numéro un au pays dans les segments finement filtré, sans lactose et biologique[4]. Natrel a aussi marqué un grand coup avec le lancement des mochis, des gourmandises glacées d’inspiration japonaise.

OKA, le doyen des fromages d’Agropur demeure un chouchou des Canadiens avec la notoriété la plus importante dans le segment des fromages fins[5]. En 2019, OKA L’Artisan et OKA Raclette ont été consacrés grands champions au Concours international de fromages de SIAL Canada[6]. Chez les tout-petits, iÖGO nanö demeure la marque numéro un de yogourt[7]. Le fromage mozzarella en portions individuelles nanö a d’ailleurs remporté le prix Produit de l’année 2019 dans la catégorie des produits laitiers[8].

Reconnue et appréciée par les consommateurs, Agropur a été nommée en 2019 « marque canadienne la plus digne de confiance » dans la catégorie « Produits laitiers et alternatifs » et figure dans le palmarès des trois meilleures marques de confiance, toutes catégories confondues, du point de vue des valeurs de l’entreprise[9].

Une coopérative responsable
Fidèle à ses convictions, Agropur s’est engagée de manière irréversible dans la voie du développement durable. En 2019, la Coopérative a :

  • réduit de 30 % la quantité de plastique dans ses nouvelles bouteilles de yogourt à boire (nanö et iÖGO Smoothie);
  • amélioré la valeur nutritive de ses produits en réduisant la quantité de sucre de 35 % et plus (yogourt Fruit au fond et nanö);
  • continué d’offrir à ses membres du soutien et de la formation en matière de bien-être animal;
  • intégré une cible de réduction de 5 % par année de la consommation d’eau de ses usines.

 « La spécificité de notre modèle coopératif et nos valeurs d’entreprise sont reconnues et appréciées par les consommateurs. Nos employés sont engagés dans le succès de la Coopérative. Ces acquis nous fournissent une base solide sur laquelle appuyer notre développement », a conclu M. Cordeau.

À propos d’Agropur
Fondée en 1938, Agropur coopérative est un chef de file de l’industrie laitière nord-américaine ayant réalisé un chiffre d’affaires de 7,3 milliards de dollars en 2019. La Coopérative est une source de fierté pour ses 3024 membres et ses 8800 employés qui travaillent unis chaque jour pour une même vision : « Meilleur lait. Meilleur monde. ». Agropur compte 38 usines en Amérique du Nord et propose une impressionnante gamme de marques et de produits dont Natrel, OKA, iÖGO, biPro, Agropur Grand Cheddar, Olympic, Farmers, Island Farms, Sealtest, Lucerne et Québon. agropur.com


Source:
Agropur

Renseignements médias:
Exergue Communications
514 524-7348

[1] L’année 2018 comportait 53 semaines comparativement à 52 en 2019. La croissance présentée exclut l’effet de cette semaine supplémentaire en 2018.

[2] Bénéfice avant intérêts, impôts, amortissement, frais de restructuration, frais d’intégration et autres frais non récurrents

[3] L’année 2018 comportait 53 semaines comparativement à 52 en 2019. La croissance présentée exclut l’effet de cette semaine supplémentaire en 2018.

[4] Nielsen, GB+DR+MM, 52 semaines se terminant le 9 novembre 2019

[5] Brand Equity Tracking Report, Ipsos, données nationales (Canada), juin 2019

[6] Concours international de fromages de SIAL Canada, <https://sialcanada.com/wp-content/uploads/2019/05/SIAL-2019-Cheese-competition-communiqu%C3%A9-de-media.pdf>

[7] Nielsen, 52 semaines se terminant le 9 novembre 2019 (numéro un chez les enfants, excluant les adolescents)

[8] Product of the Year award, <http://productoftheyear.ca/winners-2019/#1553543620315-ae92e2bd-374f>

[9] Indice de confiance Gustavson 2019

Les élèves du Collège Sainte-Anne participent à la création des chaussures écoresponsables SCOLOCO

Dans le cadre de leur cours d’initiation à l’entrepreneuriat, les élèves du Collège Sainte-Anne ont participé à la création de SCOLOCO, une nouvelle marque d’espadrilles véganes, éthiques et dépareillées, à base de fibres de feuilles d’ananas.

« La tradition veut que la symétrie soit à la base même de l’élégance et de la beauté. En proposant des souliers dépareillés, qui s’harmonisent avec goût et classe, nous visons à susciter une ouverture d’esprit à l’égard de la différence », explique Brigitte Dionne, enseignante au Collège Sainte-Anne et fondatrice-présidente de SCOLOCO.

Sneakers SCOLOCOFaites à partir de « cuir » d’ananas
Ces chaussures originales sont faites de Piñatex, un matériel souple, résistant et de qualité. Comme les feuilles d’ananas sont biodégradables, la production de ce textile offre une alternative écologique au cuir d’origine animale et au faux « cuir » végane dérivé du plastique. Les espadrilles unisexes au design unique sont fabriquées au Portugal, dans une
usine garantissant une production éthique.

Une entreprise au sein du Collège Sainte-Anne
Répartis en huit équipes-départements, les élèves contribuent à chacune des étapes de la mise en marché des espadrilles, de la conception à la vente en passant par l’approvisionnement et la production. Ils sont guidés par Brigitte Dionne qui les encadre dans cette expérience, tout en les sensibilisant à la responsabilité sociale des entreprises.

Pour Bernard Héroux, directeur du Collège Sainte-Anne, cette initiative présente un extraordinaire potentiel pédagogique : « Ces élèves vivent une expérience unique de démarrage d’entreprise. Par le biais de ce projet inédit, le Collège Sainte-Anne leur offre la chance de développer des compétences entrepreneuriales dans un contexte réel, tout en bénéficiant d’un accompagnement rigoureux. »

Sneakers SCOLOCO (modèle pour hommes)Afficher ses couleurs
Lors du lancement de la marque, un défilé de mode a permis de présenter les différents modèles offerts. « Nous espérons que les clients porteront fièrement leurs souliers parce qu’ils sont beaux et uniques, et parce qu’ils leur permettront de découvrir la richesse de la différence », affirme Audrey-Anne Leclerc, élève de 4e secondaire.

Les espadrilles haut de gamme SCOLOCO sont disponibles en ligne à scoloco.com.

À propos du Collège Sainte-Anne
Fondé en 1861, le Collège Sainte-Anne est reconnu pour son audace et son innovation pédagogique. L’institution propose une pédagogie active et des programmes d’études exclusifs. Réputé pour son volet international, l’établissement tisse depuis 2007 des liens avec des écoles partenaires sur les cinq continents. Pour stimuler la créativité des jeunes, Sainte-Anne a développé le Cours de demain, un modèle pédagogique innovant qui les
place au centre du processus d’apprentissage. Sainte-Anne compte trois ordres d’enseignement : préscolaire-primaire (Académie Sainte-Anne), secondaire (Collège Sainte-Anne) et collégial (Collégial international Sainte-Anne).

Pour en savoir plus sur le Collège Sainte-Anne : sainteanne.ca