Opération Avenir, un fascicule pour découvrir sept secteurs d’avenir

Le monde de l’emploi est en pleine mutation et les jeunes en sont conscients!

53 % des jeunes de 14 à 26 ans disent ne pas savoir ce qu’ils veulent faire dans la vie.[1]

Et on peut les comprendre : difficile de bien cibler son choix de carrière lorsque 85 % des emplois qui existeront en 2030 n’ont pas encore été créés!2

Quelles seront les compétences nécessaires pour trouver sa place dans les domaines d’avenir?

Intelligence artificielle, robotisation, drones, mégadonnées, quelles sont les technologies émergentes et comment influenceront-elles le futur monde du travail?

C’est ce qu’Opération Avenir veut démystifier!

Opération Avenir est la vitrine des domaines et carrières en émergence! Ce matériel dynamique et complet est disponible gratuitement par le biais du site operationavenir.com

On y présente, en toute simplicité, 7 secteurs économiques en forte croissance appuyés par des activités pédagogiques ludiques et des idées d’animation en classe.

Le but : voir l’avenir au-delà des statistiques et aider les jeunes à baser leurs choix sur leurs valeurs, leurs compétences et les nouvelles technologies qui les animent.

Opération Avenir se veut une référence informative pour outiller la société de demain vers de vrais domaines d’avenir, en croissance et qui offrent des emplois durables. Ces domaines sont l’environnement, les finances, la technologie, l’aérospatiale, le bois, l’art et la créativité numériques et la comptabilité. De plus, ce fascicule informe les jeunes sur le processus d’orientation, les enjeux d’avenir et les possibilités d’emploi en région.

L’objectif principal de carrière des 14-26 ans est de s’épanouir dans un domaine/métier qui les passionne.1 Offrons-leur donc les ressources afin de découvrir ces passions dans des domaines d’avenir!

À propos de Septembre éditeur

Depuis 1982, Septembre éditeur diversifie ses publications, qui englobent maintenant une foule de titres touchant l’éducation et l’orientation. En plus des guides pratiques pour les professionnels et des ouvrages-conseil pour les parents, Septembre éditeur compte aussi du matériel pédagogique, des plateformes d’information et des services numériques.

Voici quelques-unes des retombées de cette campagne de relations médias:

Lundi 25 février
Ici Radio-Canada Première (émission Première heure)
Ici Radio-Canada Première (émission Des matins en or)
TVA Nouvelles

Mercredi 27 février
Ici Radio-Canada Première, Gaspésie/Îles-de-la-Madeleine (émission Bon pied bonne heure)
Ici Radio-Canada Première, Bas-du-Fleuve (émission : L’heure de l’Est)

Vendredi 1 mars
ecolebranchee.com


[1] Source des données : Sondage Academos — Décembre 2018 — Base de 989 répondants âgés de 14 à 26 ans 

[2] 85 % des emplois qui existeront en 2030 n’ont pas encore été créés selon Dell par Daniel Tencer, HuffPost Canada

80e anniversaire – Agropur poursuit sa croissance

Longueuil, le 13 février 2019 – Agropur coopérative a tenu aujourd’hui sa 80assemblée générale annuelle et a annoncé un chiffre d’affaires de 6,7 milliards de dollars, en hausse de 4,7 % comparativement à l’exercice précédent.

Au cours de la dernière année, la Coopérative a poursuivi sa progression, raffermi son empreinte sur le marché américain des ingrédients et des produits industriels, gagné des parts de marché au Canada et continué de rendre ses opérations plus efficaces. La Coopérative fondée à Granby est aujourd’hui un joueur nord-américain et figure parmi les 20 plus grands transformateurs de l’industrie laitière mondiale.

La forte baisse des prix mondiaux de lactosérum et des prix du bloc de fromage aux États-Unis a néanmoins eu un impact négatif sur son BAIIA, qui se situe à 362,1 millions de dollars, en diminution de 18,5 %. La ristourne versée aux membres est de l’ordre de 65,2 millions de dollars soit équivalent à l’exercice 2017.

 

Créer de la valeur à long terme

Afin d’être bien positionnée lors de la relance des marchés, Agropur a procédé à d’importants investissements dans ses infrastructures en 2018, notamment à Lake Norden au Dakota du Sud, avec un projet d’agrandissement qui permettra de tripler la capacité de l’usine. Au cours des cinq dernières années, Agropur a investi 1,3 milliard de dollars en immobilisations, dont 56 % ont été effectués au Canada. Parallèlement à ces investissements, Agropur a poursuivi ses objectifs de leadership en matière de coûts. Ainsi, la Coopérative a réussi à réduire ses coûts de plus de 118 millions de dollars en trois ans, dépassant sa cible de 100 millions.

 

L’impact des accords internationaux

L’année a toutefois été assombrie par les décisions du gouvernement canadien qui, pour la troisième fois en quelques années, a affaibli la gestion de l’offre dans le cadre de l’Accord Canada–États-Unis–Mexique (ACEUM) en novembre dernier. De nouveau, l’industrie laitière a servi de monnaie d’échange dans une négociation de commerce international. Quand tous les traités entreront en vigueur (accord Canada-Europe, Partenariat transpacifique et ACEUM), c’est plus de 15 % du marché canadien qui sera approvisionné par des importations, ce que déplore la Coopérative.

 

Seul grand transformateur laitier à apposer le logo 100 % canadien sur l’ensemble de ses produits

Malgré ce contexte, Agropur demeure engagée à offrir aux Canadiens des produits laitiers faits de lait 100 % canadien. « Avec l’entrée récente de lait de consommation de provenance américaine et suivant la signature d’ententes commerciales internationales, il est plus que jamais important de savoir d’où viennent les produits que nous consommons. Agropur a été le premier grand transformateur national — et demeure le seul — à apposer le logo de certification 100 % canadien sur tous les produits sous ses marques », a affirmé M. Robert Coallier, chef de la direction d’Agropur. Ce logo garantit que le lait utilisé dans un produit est de source canadienne.

 

Des marques performantes

Signe que les consommateurs sont au rendez-vous, les marques d’Agropur maintiennent leur croissance, avec plusieurs gains de parts de marché réalisés durant l’année. Natrel conserve son statut de marque numéro un au Canada dans les segments Finement filtré, Sans lactose et Biologique.

Le fromage OKA a quant à lui fêté cette année son 125e anniversaire, qui a été souligné par le lancement du fromage OKA L’Artisan en portions individuelles, couronné du titre de « Meilleur nouveau produit 2018 » dans sa catégorie aux Best New Product Awards 2018. OKA s’est également illustrée au concours de fromages artisanaux Sélection Caseus 2018 : son fromage OKA L’Artisan a remporté le premier prix dans sa catégorie.

La marque iÖGO a célébré cette année ses six ans d’existence et se positionne comme la marque favorite des milléniaux dans son segment. IÖGO PROTEINe connaît la croissance la plus rapide du segment des yogourts grecs au Canada et a récolté le prix Produit de l’année 2018 dans la catégorie Produits laitiers.

Soulignons également qu’Agropur a remporté cinq médailles d’or, dont celle du meilleur camembert au monde produit à Saint-Hyacinthe, au dernier World Championship Cheese Contest, alors que 3400 produits de 26 pays étaient en lice.

 

Un premier accélérateur spécialisé en produits laitiers

Déterminée à miser sur l’innovation comme vecteur de sa croissance, Agropur a lancé la plus importante démarche d’innovation de l’industrie laitière nord-américaine avec sa plateforme Inno Agropur. En 2018, elle a donné le coup d’envoi à l’Inno Accel, le premier accélérateur nord-américain spécialisé en produits laitiers. L’Inno Accel allie les savoirs et savoir-faire d’Agropur au dynamisme d’entreprises émergentes à fort potentiel afin de réinventer les produits laitiers et de proposer de nouvelles expériences aux consommateurs. Une première cohorte de cinq entreprises en démarrage provenant du Canada et des États-Unis a pris part au programme.

 

La force du modèle coopératif

En phase avec ses valeurs coopératives, Agropur a publié en 2018 son premier rapport complet de responsabilité d’entreprise, qui témoigne de son engagement social, économique et environnemental. La Coopérative y présente ses principales initiatives pour contribuer à un monde meilleur.

 

Départ de René Moreau, président d’Agropur

« Depuis 80 ans, nos membres ont su allier solidarité et rentabilité pour en faire les éléments indissociables de la pérennité de notre coopérative », a exprimé le président d’Agropur, M. René Moreau, qui part à la retraite après 21 années d’implication au sein du conseil d’administration d’Agropur, dont cinq comme vice-président et les deux dernières à titre de président. « J’ai été un témoin et acteur privilégié de la transformation d’Agropur. J’ai été à même d’apprécier à quel point la Coopérative est pour ses membres à la fois un puissant vecteur d’intérêts collectifs et un catalyseur de progrès », a-t-il conclu.

 

Renseignements additionnels

Le rapport annuel d’Agropur coopérative est disponible à compter d’aujourd’hui sur le site web d’Agropur, à agropur.com.

 

À propos d’Agropur

Fondée en 1938, Agropur coopérative est un chef de file de l’industrie laitière nord-américaine ayant réalisé un chiffre d’affaires de 6,7 milliards de dollars en 2018. La Coopérative est une source de fierté pour ses 3161 membres et ses 8800 employés qui travaillent unis chaque jour pour une même vision : « Meilleur lait. Meilleur monde. ». Agropur transforme plus de 6,2 milliards de litres de lait par année dans ses 39 usines en Amérique du Nord et propose une impressionnante gamme de marques et de produits dont Natrel, OKA, iÖGO, biPro, Agropur Grand Cheddar, Olympic, Farmers, Island Farms et Québon. Le siège social d’Agropur est certifié LEED Argent. agropur.com

Voici quelques-unes des retombées de cette campagne de relations médias:

actualitealimentaire.com / 80e anniversaire – Agropur poursuit sa croissance

journaldemontreal.com / Agropur cherche à faire 50 millions $ d’économie

La Terre de chez nous / Agropur, toujours en croissance

lapresse.ca / Agropur veut réduire ses dépenses de 50 millions

La Tribune / Agropur vise des économies de 50 millions$ par année

lesaffaires.com / Agropur veut économiser 50 millions$ cette année

radio-canada.ca/info / 80e assemblée générale annuelle d’Agropur

Western Grocer / Agropur reports continued growth

Des centaines de bénévoles au deuxième dénombrement des personnes en situation d’itinérance

C’est hier soir que s’est déployé le premier volet du dénombrement des personnes en situation d’itinérance visible à Montréal, JE COMPTE MTL 2018. Près de 550 ont arpenté la ville et visité des refuges et logements de transition pour aller à la rencontre des personnes en situation d’itinérance et leur proposer de répondre à un court questionnaire. Le dénombrement de Montréal se poursuit les 25 et 26 avril.

Une couverture élargie
L’opération d’hier s’est effectuée dans 12 arrondissements, couvrant 200 secteurs différents, à partir de six centres de déploiement. En équipes de 3 à 6 personnes, les bénévoles, qui ont reçu une formation pour réaliser à bien cet important exercice, ont non seulement sillonné les rues, mais également des parcs, toutes les stations de métro, une partie du Montréal souterrain, ainsi que les principaux refuges et plusieurs logements de transition.

« Je remercie les centaines de bénévoles qui sont allés à la rencontre des Montréalaises et Montréalais en situation d’itinérance dans plusieurs arrondissements. Les données recueillies nous permettront de mieux cerner les différents visages de l’itinérance dans notre ville et d’alimenter les efforts visant à documenter l’évolution de ce phénomène complexe, en vue de toujours mieux aider celles et ceux qui le vivent. Cet important exercice sur le terrain, mis en œuvre avec la collaboration de nos partenaires, permettra également aux bénévoles de connaître l’histoire de ces hommes et de ces femmes vulnérables et tous les efforts qu’ils déploient pour se sortir de la rue avec dignité », déclare la mairesse de Montréal, madame Valérie Plante.

« Le portrait de l’itinérance a beaucoup évolué au fil des ans. Un exercice comme le dénombrement des personnes en situation d’itinérance visible nous permet non seulement d’aller à la rencontre des gens, mais de mieux saisir et documenter toutes ces subtilités qui permettent ultimement d’offrir des services plus adaptés. En tant qu’instance responsable de la coordination régionale intersectorielle des actions en itinérance, cet exercice prend également tout son sens pour mobiliser nos partenaires », souligne madame Sonia Bélanger, présidente-directrice générale du CIUSSS du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal.

Les multiples visages de l’itinérance
Le phénomène de l’itinérance n’épargne personne. Cette année, une attention particulière est portée à trois groupes cibles moins visibles : les femmes, les jeunes et les Autochtones afin de mieux documenter leurs réalités.

Lors de la soirée du 24 avril, les bénévoles devaient aborder toutes les personnes sur leur passage, en évitant de présupposer qui était susceptible d’être en situation d’itinérance. Les questions de sélection visaient à identifier les personnes sans domicile fixe.

1. « La méthodologie utilisée à Montréal en 2018 est semblable à celle utilisée en 2015, tout en apportant un certain nombre d’améliorations. Nous visons obtenir un estimé plus précis et complet du nombre de personnes ayant passé la nuit dans des lieux extérieurs. Il sera intéressant de voir les différences entre les résultats de 2015 et ceux de 2018, notamment l’impact de nos efforts collectifs visant à aider les personnes en situation d’itinérance chronique », ajoute Dr Eric Latimer, directeur de JE COMPTE MTL 2018.

Rappelons qu’une soixantaine de collectivités au Canada, dont 11 en tout au Québec, effectuent un dénombrement ponctuel sur leur territoire depuis le début de mars, et ce jusquà la fin avril 2018.

L’opération se poursuit
Les 25 et 26 avril, des bénévoles visiteront une cinquantaine de centres de jour et d’autres ressources afin de demander aux personnes fréquentant ces lieux où elles avaient passé la nuit du 24 avril et leur faire passer le questionnaire. Dans d’autres ressources, notamment des logements de transition, ce seront les intervenants eux-mêmes qui feront passer les questionnaires d’ici à la mi-mai. Plus de 140 organismes du milieu communautaire participeront à l’exercice.

Par ailleurs, toujours dans le but de compléter les données, les hôpitaux de Montréal, les centres de thérapie pour alcoolisme et toxicomanie et les établissements de détention fourniront des chiffres sur le nombre de personnes sans domicile fixe ayant passé la nuit du 24 avril sur leurs lieux.

À la suite de l’exercice des 24, 25 et 26 avril, l’équipe de recherche du Centre de recherche de l’hôpital Douglas s’attardera à compiler les données recueillies et à rédiger un rapport d’analyse.

À propos de JE COMPTE MTL 2018
La Ville de Montréal et le CIUSSS-du-Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal ont mandaté le Centre de recherche de l’hôpital Douglas, affilié au CIUSSS-de-l’Ouest-de-l’Île-de-Montréal et à l’Université McGill, en étroite collaboration avec le Mouvement pour mettre fin à l’itinérance à Montréal (MMFIM), pour réaliser JE COMPTE MTL 2018. Ce deuxième dénombrement montréalais s’inscrit dans le cadre du Plan d’action en itinérance de la Ville de Montréal, du Plan d’action intersectoriel en itinérance de la région de Montréal 2015-2020 et de la réalisation d’un deuxième portrait sur l’itinérance au Québec.

Site Web : jecomptemtl2018.ca
Page Facebook : facebook.com/jecomptemtl