JE COMPTE MTL 2018 – Des centaines de bénévoles ont participé au deuxième dénombrement des personnes en situation d’itinérance à Montréal dans 12 arrondissements

Je compte MTL 2018 - Photo par Mickael Theimer

Je compte MTL 2018 - Photo par Mikaël Theimer

C’est hier soir que s’est déployé le premier volet du dénombrement des personnes en situation d’itinérance visible à Montréal, JE COMPTE MTL 2018. Près de 550 ont arpenté la ville et visité des refuges et logements de transition pour aller à la rencontre des personnes en situation d’itinérance et leur proposer de répondre à un court questionnaire. Le dénombrement de Montréal se poursuit les 25 et 26 avril.

Une couverture élargie
L’opération d’hier s’est effectuée dans 12 arrondissements, couvrant 200 secteurs différents, à partir de six centres de déploiement. En équipes de 3 à 6 personnes, les bénévoles, qui ont reçu une formation pour réaliser à bien cet important exercice, ont non seulement sillonné les rues, mais également des parcs, toutes les stations de métro, une partie du Montréal souterrain, ainsi que les principaux refuges et plusieurs logements de transition.

« Je remercie les centaines de bénévoles qui sont allés à la rencontre des Montréalaises et Montréalais en situation d’itinérance dans plusieurs arrondissements. Les données recueillies nous permettront de mieux cerner les différents visages de l’itinérance dans notre ville et d’alimenter les efforts visant à documenter l’évolution de ce phénomène complexe, en vue de toujours mieux aider celles et ceux qui le vivent. Cet important exercice sur le terrain, mis en œuvre avec la collaboration de nos partenaires, permettra également aux bénévoles de connaître l’histoire de ces hommes et de ces femmes vulnérables et tous les efforts qu’ils déploient pour se sortir de la rue avec dignité », déclare la mairesse de Montréal, madame Valérie Plante.

« Le portrait de l’itinérance a beaucoup évolué au fil des ans. Un exercice comme le dénombrement des personnes en situation d’itinérance visible nous permet non seulement d’aller à la rencontre des gens, mais de mieux saisir et documenter toutes ces subtilités qui permettent ultimement d’offrir des services plus adaptés. En tant qu’instance responsable de la coordination régionale intersectorielle des actions en itinérance, cet exercice prend également tout son sens pour mobiliser nos partenaires », souligne madame Sonia Bélanger, présidente-directrice générale du CIUSSS du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal.

Les multiples visages de l’itinérance
Le phénomène de l’itinérance n’épargne personne. Cette année, une attention particulière est portée à trois groupes cibles moins visibles : les femmes, les jeunes et les Autochtones afin de mieux documenter leurs réalités.

Lors de la soirée du 24 avril, les bénévoles devaient aborder toutes les personnes sur leur passage, en évitant de présupposer qui était susceptible d’être en situation d’itinérance. Les questions de sélection visaient à identifier les personnes sans domicile fixe.

1. « La méthodologie utilisée à Montréal en 2018 est semblable à celle utilisée en 2015, tout en apportant un certain nombre d’améliorations. Nous visons obtenir un estimé plus précis et complet du nombre de personnes ayant passé la nuit dans des lieux extérieurs. Il sera intéressant de voir les différences entre les résultats de 2015 et ceux de 2018, notamment l’impact de nos efforts collectifs visant à aider les personnes en situation d’itinérance chronique », ajoute Dr Eric Latimer, directeur de JE COMPTE MTL 2018.

Rappelons qu’une soixantaine de collectivités au Canada, dont 11 en tout au Québec, effectuent un dénombrement ponctuel sur leur territoire depuis le début de mars, et ce jusquà la fin avril 2018.

L’opération se poursuit
Les 25 et 26 avril, des bénévoles visiteront une cinquantaine de centres de jour et d’autres ressources afin de demander aux personnes fréquentant ces lieux où elles avaient passé la nuit du 24 avril et leur faire passer le questionnaire. Dans d’autres ressources, notamment des logements de transition, ce seront les intervenants eux-mêmes qui feront passer les questionnaires d’ici à la mi-mai. Plus de 140 organismes du milieu communautaire participeront à l’exercice.

Par ailleurs, toujours dans le but de compléter les données, les hôpitaux de Montréal, les centres de thérapie pour alcoolisme et toxicomanie et les établissements de détention fourniront des chiffres sur le nombre de personnes sans domicile fixe ayant passé la nuit du 24 avril sur leurs lieux.

À la suite de l’exercice des 24, 25 et 26 avril, l’équipe de recherche du Centre de recherche de l’hôpital Douglas s’attardera à compiler les données recueillies et à rédiger un rapport d’analyse.

À propos de JE COMPTE MTL 2018
La Ville de Montréal et le CIUSSS-du-Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal ont mandaté le Centre de recherche de l’hôpital Douglas, affilié au CIUSSS-de-l’Ouest-de-l’Île-de-Montréal et à l’Université McGill, en étroite collaboration avec le Mouvement pour mettre fin à l’itinérance à Montréal (MMFIM), pour réaliser JE COMPTE MTL 2018. Ce deuxième dénombrement montréalais s’inscrit dans le cadre du Plan d’action en itinérance de la Ville de Montréal, du Plan d’action intersectoriel en itinérance de la région de Montréal 2015-2020 et de la réalisation d’un deuxième portrait sur l’itinérance au Québec.

Site Web : jecomptemtl2018.ca
Page Facebook : facebook.com/jecomptemtl

 
 

Laisser un commentaire